Garder ses distances, la science de la télédétection

- 23:00 - - Nouvelles

Écouter l'émission

 

La mesure de notre environnement est un art. Si l’on sait, depuis plusieurs millénaires, peser et mesurer les choses qui sont proches de nous, qu’il s’agisse de grains, de pierres précieuses ou matériaux de construction, le défi augmente rapidement pour ce qu’on ne peut toucher. Comme calculer, par exemple, la distance d’un bateau qui s’approche des berges ou la taille du Soleil et de la Terre ?

Ces questions préoccupent l’humanité depuis longtemps. Les militaires et les astronomes ont travaillé d’arrache-pied pour trouver des solutions élégantes à ces problèmes. Et ça continue.

Depuis une vingtaine d’années, les astronomes ont déployé des efforts considérables pour identifier des planètes tournant autour d’autres étoiles de notre galaxie, la Voie lactée, développant des techniques remarquables pour observer ces objets minuscules bien au-delà de notre système solaire.

Pendant que les astronomes continuent d’explorer, à distance, les astres les plus lointains, les géologues et les climatologues tentent de relever le défi de la mesure de notre planète à nous, la Terre, par des méthodes à distance, qui permettent de caractériser de manière uniforme des changements plus ou moins subtils sur d’immenses territoires.

Or, contrairement à ce qu’on pourrait penser, le défi n’en est pas moins grand, comme nous l’explique Kalifa Goïta, professeur titulaire au Département de géomatique appliquée de l’Université de Sherbrooke et dont les travaux portent sur les applications des outils de télédétection pour l’étude de l’environnement dont les variations de niveaux d’eau de surface, la géomatique de la propagation des feux et des inondations, l’exploration minière et la mise à jour cartographique.

Pour en savoir plus


La Grande Équation est une émission de vulgarisation scientifique animée par Normand Mousseau, professeur au Département de physique de l'Université de Montréal. Elle est produite avec le soutien : d'Athéna Énergies, de la Fondation familiale Trottier, du Fonds de recherche du Québec, de la Fondation des chaires de recherche du Canada et de l’Université de Montréal.

Sur le Web

Lire l'article sur UdeMNouvelles

Partager :
  • Envoyer
  • Imprimer